Le Quotidien de l’Economie sur les réseaux sociaux.

 

 

Les réseaux sociaux ont révolutionné notre façon de consommer l’information. Les médias traditionnels, notamment la presse écrite, doivent s’adapter à cette évolution.

Pour bien comprendre celle-ci, nous sommes allés à la rencontre du chef de projet digital du Quotidien de l’Economie pour comprendre leur implantation sur les réseaux sociaux.

 logo LQE

 

Histoires de CM (HCM) : Pourquoi avoir investi les réseaux sociaux ?

 

Le Quotidien de l’Economie (LQE) : Les  technologies de l’information et de la communication sont incontournables aujourd’hui et représentent une formidable opportunité de nous développer. En tant que média (presse écrite) nous ne pouvons nous soustraire à cette évolution, car les réseaux sociaux (RS) nous permettent d’atteindre nos lecteurs de façon directe et d’interagir avec eux (transmission d’informations en temps réel, discussions, fidélisation, prospection de nouveaux lecteurs, incitation aux abonnements à la version digitale du journal)

Mais aussi, étant donné que nous avons mis sur pied une version digitale de notre journal, nous nous servons des réseaux sociaux comme canaux d’implémentation de nos stratégies marketing et communication, dans le but d’accroître nos ventes.

 

HCM : Quels outils de curation utilisez-vous pour relayer l’information économique sur les réseaux sociaux ?

 SCOOP-IT : Au delà de sa fonction de curation, son bouton de capture est super efficace et permet de re-router des informations sur d’autres réseaux sociaux.

« GOOGLE ALERTE » et aussi « Découvrir sur Twitter »

Sans titre-8

 

HCM : Abordez-vous d’autres sujets à part l’économie ?

LQE : Il est vrai que nous sommes un média spécialisé dans l’information économique, cependant, nous abordons d’autres sujets, ayant une influence sur l’activité économique de près ou de loin ; ceci de façon assez succincte.

Sans titre-9

 

HCM : Comment gérez-vous vos communautés ?

LQE : Au LQE, nos équipes s’attellent à construire un lien avec le lecteur. Pour ce faire, nous arrangeons à répondre aux commentaires, car il est important de répondre à tout le monde. A chaque fois que nous prenons le temps de répondre, cela renforce notre image et est vivement apprécié par notre communauté, même par ceux qui ne s’expriment pas. Sachant qu’un internaute mécontent s’exprime sept fois plus qu’une personne satisfaite il vaut mieux qu’il soit dans les meilleures dispositions vis à vis de notre marque.

Nous sommes aussi enclins à valoriser notre communauté en mettant en avant les commentaires représentatifs ou constructifs. Nous réfléchissons actuellement, à comment mettre en place un système de points pour récompenser nos meilleurs contributeurs.

 

Dans la même logique, nous nous arrangeons à demeurer courtois, parce que, si certains commentateurs peuvent se montrer agressifs, ou  touchent des points sensibles, il faut que nous restions maîtres de nous-mêmes. D’ailleurs nous nous apercevons que lorsque le ton est plus calme d’un côté, la personne en face de nous s’apaisera aussi. Si l’insulte n’est pas supportable, dans ces cas-là, nous supprimons le commentaire et expliquons pourquoi à la communauté.

Nous pensons toujours à reconnaître nos erreurs et à les corriger en remerciant ceux qui vous les ont signalées. L’erreur est humaine et les internautes apprécient, je pense, notre humilité et honnêteté. Enfin, nous essayons de rester ouverts en tout temps.

 

HCM : Un mot sur la presse écrite camerounaise sur les réseaux sociaux ?

LQE : La presse écrite camerounaise perçoit de plus en plus l’importance d’assurer une présence sur les réseaux sociaux ; et ceci est une bonne chose en soi, car le paysage digital n’en est que davantage enrichi. Néanmoins cette présence est encore quelque peu maladroite, car les comptes de la plupart de nos tabloids ne sont pas très souvent actifs, voire abandonnés ; et quand bien même ces pages et comptes officiels sont actifs, il subsiste encore un problème de définition d’une stratégie propre, de déploiement. Enfin, certains Community Managers ne maîtrisent pas le métier, ce qui entraîne parfois des dérapages et des crises.

 

CHEDJOU KAMDEM (CK)

Advertisements

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s