Esquisse du Community Management d’Ébène Duta

 

La bande dessinée « La vie d’Ébène Duta » (L.V.D.D) de Joëlle EBONGUE est une preuve de l’impact qu’offrent les réseaux sociaux sur des projets personnels. Et oui, encore une victoire du social-media qui montre ses opportunités non plus ludiques mais maintenant professionnelles.

Untitled-1

 

Avec Murielle WONJA, l’une des personnes liées à la réussite de ce projet, nous allons vous esquisser les méthodes de Community management menées par l’initiatrice de la campagne.

 

Comment a-t-elle pu réaliser sa bande dessinée grâce aux réseaux sociaux ?

La réponse est liée au crowdfunding ! C’est une technique qui consiste à effectuer une levée de fonds grâce aux réseaux sociaux.

Untitled-10

Ici Murielle. Le crowdfunding est en gros une méthode de financement de projets qui fait appel à la participation du public. L’objectif est d’arriver à atteindre une certaine somme, souvent colossale, en demandant à chacun de reverser une petite partie avant un délai qui doit être respecté, sinon l’opération est annulée et tous les fonds reversés par les participants sont remboursés. Ça peut sembler facile dit comme ça, mais une opération de crowdfunding se prépare longtemps à l’avance. Dans le cas du projet Support LVDD par exemple, il s’agissait de la première levée de fonds par crowdfunding lancée depuis le Cameroun, donc il fallait constamment expliquer aux potentiels participants ce qu’est le crowdfunding, ce qui va arriver à l’argent qu’ils vont dépenser, comment ils peuvent s’y prendre pour donner, etc. L’aspect communicationnel est capital.

Cette campagne a connu un franc succès non seulement auprès de ses amis mais aussi dans le cœur des abonnés et fans du personnage Ébène Duta.

L’objectif des 100 % a même été largement atteint :

Untitled-9

Untitled-12

La sortie de la bande dessinée a permis aux fans d’exprimer leur satisfaction du crowdfunding à travers des photos :

Untitled-11

Le soir où j’apprends qu’on a atteint les objectifs pour LVDD je suis devant l’écran de mon portable à halluciner. C’était un sentiment indescriptible, un mélange de fierté, de soulagement (car les délais se faisaient de plus en plus pressants et nous étions loin d’avoir atteint le montant requis) et de joie, parce que grâce à la participation et l’engagement de milliers de personnes à travers le monde, le rêve de Joëlle devenait réalité. C’est plus ou moins là que je réalise qu’au-delà d’une simple levée de fonds, le crowdfunding est une merveilleuse aventure humaine et un acte de foi (sortez les mouchoirs, lol.).

 

Quelles méthodes en Community Management ont été utilisées pour rendre tout cela possible ?

À travers les publications faites sur les deux principales plateformes (Facebook et Twitter), Joëlle EBONGUE a mis en place des techniques d’animation pour atteindre ses objectifs de crowdfunding.

D’une part, elle a défini un hashtag : #SupportLVVD. Il a le mérite d’être court, concis et clair (les 3 C quoi !). Ce hashtag a permis la visibilité et l’amplification du message sur sa campagne de levée de fonds auprès du public. Les fans utilisaient volontiers ce hashtag pour inciter leurs amis à contribuer à ce crowdfunding

S’agissant des méthodes de Community management pour la campagne, on s’y est mis à plusieurs, un formidable travail d’équipe mis en place en très peu de temps. Nous étions sept sur le coup: Joëlle (bien évidemment), Brice Albin, Jean-Pierre Boep, Madior Sow-Ouakara, Dany Feze, Elie Kogoup et moi. Jean-Pierre s’est occupé de nous orienter pour la stratégie, chacun d’entre-nous avait une tranche horaire pour animer la page Facebook et partager le contenu  autant que possible sur les réseaux sociaux.

Ca s’est révélé réellement stressant à un moment, surtout lorsque tu t’aperçois qu’en dehors de la campagne que tu t’acharnes à piloter, la vie des gens suit son cours sur les réseaux sociaux et certains ne sont pas forcément intéressés par ce que tu racontes. Il a fallu se répéter, un nombre de fois que je ne calcule plus, insister, partager, expliquer etc. C’est frustrant parce que tu vois un nombre énorme de fans en ligne et tu ne peux pas les forcer à donner quelques euros séance tenante non plus !

D’autre part, il y a ce lien social qu’elle a créé entre les fans et le personnage Ébène Duta. Moi particulièrement, j’ai vraiment apprécié cette méthode de création d’affinité.

On avait par exemple :

  • Les mini-sodes

minsodel

  • Les remerciements des fans pour leur soutien

Untitled-8

  • Les traits de caractère du personnage dans lesquels certains s’y retrouvaient !

Untitled-5

Ces publications donnaient du plaisir et de l’émotion aux fans d’Ébène Duta. Ce qui naturellement a contribué à l’adhésion de ceux-ci à la levée de fonds pour rendre réel (en version papier) leur personnage préféré.

Justement en parlant de la création d’un lien, il faut que je partage une découverte: si vous avez l’intention de vous lancer dans une opération de crowdfunding, ne vous reposez pas uniquement sur les réseaux sociaux. Je m’en suis rendue compte grâce aux idées émises par les membres de l’équipe présentés plus haut lors de nos réunions: il était important que la BD soit déportée du virtuel et intégrée dans la vraie vie: interviews dans des magazines, présentation du projet lors d’événements, interviews radio etc. Joëlle a dû se lancer dans une véritable tournée médiatique, car il était important que les fans, au-delà de ses publications sur la page Facebook, soient en contact avec l’auteure: qui est-elle, quelles sont ses aspirations, autant de choses qui vous aident à mieux connaître un porteur de projet et à comprendre ses motivations ; c’est quelqu’un comme vous, qui a eu une idée, qui y croit et qui compte sur vous. C’est exactement ce que Joëlle a fait – et continue d’ailleurs de faire -, c’est mieux de garder à l’esprit que les fans sont des êtres humains avec qui on peut communiquer plus profondément que par des likes et des commentaires.

« La vie d Ébène Duta » devient progressivement l’une des marques camerounaises qui engage qualitativement le plus ses fans ; et il faudra compter désormais avec elle dans le paysage de la bande dessinée au Cameroun et la visibilité de ce paysage hors de nos frontières.

 

PS: ON T’AIME ÉBÈNE !! *cris de fans hystériques*

 

 

N’oubliez pas de votez pour votre blog ici : http://www.golden-blog-awards.fr/blogs/histoires-de-community-management.html

 

 

 

MURIELLE WONJA & CHEDJOU KAMDEM (CK)

Advertisements

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s